Logo INRS
English

By peggy.sanon - Posted on 16 février 2011

Version imprimable

Chaire Fernand-Dumont sur la culture

Professeur titulaire : Guy Bellavance

 

Créée en janvier 1998, la Chaire Fernand-Dumont sur la culture honore la mémoire de Fernand Dumont, un des intellectuels québécois les plus marquants du XXe siècle, à la fois sociologue, historien, philosophe, théologien et poète. Héritière institutionnelle de l’Institut québécois de recherche sur la culture, un institut paragouvernemental de recherche qu’il a créé et dirigé pendant plus de dix années, la Chaire poursuit et prolonge les préoccupations et les questions qui ont nourri les travaux de Fernand Dumont en matière de culture. Soucieuse d’innovation tout autant que de mémoire, elle s’en inspire pour étudier les racines, l’évolution et la nouveauté des forces culturelles à l’œuvre dans les sociétés contemporaines, particulièrement dans la société québécoise. La Chaire orchestre ses activités selon 7 axes de recherche sous la responsabilité des professeurs du Centre Urbanisation Culture Société, à savoir « Transmission de la culture » (Fernand Harvey), « Histoire publique » (Normand Perron), « Politiques culturelles » (Diane Saint-Pierre), « Pratiques artistiques » (Guy Bellavance), « Culture et science » (Benoît Godin), « Culture, religion et société » (Pierre Lucier) et « Industries culturelles » (Christian Poirier).

 

 

Chaire de recherche sur les aspects sociaux du sang

Professeure titulaire : Johanne Charbonneau

 

Au Québec, toutes les 80 secondes, une personne a besoin de sang. Qu’ils soient destinés à soigner la leucémie d’un enfant ou à sauver la vie d’un accidenté de la route, tous les produits sanguins sont issus des collectes organisées par Héma-Québec et reposent sur le bon vouloir de donneurs bénévoles. Les travaux de la Chaire de recherchesur les aspects sociaux du sang ont pour objectif de permettre une meilleure connaissance des dynamiques associées au don de sang, compte tenu de la nécessité de compter sur un approvisionnement de sang continu et à long terme. Placée sous la direction de la professeure Johanne Charbonneau, la Chaire est un projet financé par Héma-Québec pour la période 2008-2014, la Fondation Héma-Québec pour la période 2010-2012 et le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) pour la période 2010-2013.

 

 

Chaire de recherche du Canada sur l’équité environnementale et la ville

Professeurs titulaires Philippe Apparicio et Anne-Marie Séguin

 

Certaines populations sont-elles plus exposées à des nuisances urbaines ou plus éloignés des éléments positifs de l’environnement urbain? Comme titulaire d’une nouvelle Chaire de recherche du Canada, le professeur Philippe Apparicio du Centre Urbanisation Culture Société de l’INRS poussera plus avant ses recherches sur l’équité environnementale en milieu urbain. Il explorera les interrelations entre pratiques de mobilité d’individus, exposition à des nuisances multiples (pollution atmosphérique et bruit notamment) et accessibilité à la végétation, aux parcs urbains et aux ressources urbaines.
 
 

Laboratoire d'équité environnementale (LAEQ)

Professeur responsable : Philippe Apparicio

 

Appuyé par la Fondation canadienne pour l’innovation, le LAEQ vise à décrire la distribution géographique des risques environnementaux (bruit, pollution atmosphérique urbaine, proximité d’installations dangereuses) et à identifier les populations (ménages à faible revenu, minorités visibles, jeunes, personnes âgées, etc.) les plus exposées à ces risques. Il s’intéresse aussi à la répartition dans l’espace urbain des ressources urbaines (services collectifs, commerces, etc.) et à l’accès différencié qu’ont les diverses populations à celles-ci.

 

 

Chaire de recherche du Canada sur les nouveaux environnements numériques et l'intermédiation culturelle

Professeur titulaire : Jonathan Roberge

 

La dématérialisation des supports numériques conduit à une multiplication de l’offre culturelle. Ce virage remet en question les anciens modèles d’affaires, car il brouille les frontières de la production, de la distribution et de la consommation. De plus, le saut introduit par le Web 2.0 constitue l’un des plus indéniables indices que la culture passe au numérique. Aux artistes et aux producteurs qui opèrent là une nouvelle forme de promotion, aux distributeurs et aux agrégateurs de contenu qui s’y livrent une concurrence féroce, les usagers du Web répondent en multipliant les échanges, en façonnant de nouvelles formes de prescription et de critique. Mais le Web 2.0 n’est pas la seule manifestation de la culture numérique. Des secteurs comme la musique se sont tournés par exemple vers une économie de concert afin de concrétiser leurs revenus. Les festivals sont devenus plus nombreux, les villes y voyant une manière de se faire concurrence.

 

Cette Chaire de recherche du Canada a pour objectif de mieux comprendre la nature des nouveaux environnements numériques et leurs répercussions sur la production, les pratiques et les politiques culturelles au Canada. En tant que titulaire, Jonathan Roberge cherche à proposer des diagnostics et des solutions dynamiques aux différents partenaires et décideurs publics engagés dans la croissance de la culture numérique.

 

 

 

Haut de la page 

Chaires de recherche et leurs laboratoires